L’archiviste VS l’urgence (#1)

Un petit billet d’avant-pont-de-l’Ascension pour vous parler d’un concept clef chez moi, qui rythme malheureusement (ou heureusement, du coup, je ne sais plus trop) mes journées de travail : l’urgence. L’urgence peut prendre différentes formes, être liée à tout un tas de causes, de contextes, être la source de conséquences, engendrer des coûts énormes ou au contraire permettre des économies folles. Aujourd’hui, je vais vous expliquer un peu à quels types d’urgences un•e archiviste du monde privé peut être confronté. Ami•e•s du secteur public, je vous invite à me présenter les vôtres en commentaires !

animation disney comedy cartoon retro

Le temps, le temps, qu’est-ce que le temps ?

Lire la suite

Le client est roi (#2)

Dans un précédent billet [à lire ici : Le client est roi (#1)], je vous parlais de mes 3 catégories de public, mes « clients » comme je les appelle : le discipliné, le cancre et l’oublié. Quel que soit son profil, le client est donc le maître à bord, et en tant qu’archiviste vous vous devez d’être entièrement dédié à sa cause, laquelle est forcément beaucoup, mais alors beaucoup plus importante que la vôtre (vous n’êtes qu’archiviste, après tout, vous êtes là pour ça, non, répondre aux demandes les plus farfelues ?).

game of thrones applause clapping slow clap this pleases me

Contenter le roi : ma mission quotidienne

Lire la suite

L’archiviste, sa métamorphose et son poisson d’avril

Comme plus de 800 archivistes, j’ai eu la grande joie de participer à la formidable aventure du 2nd Forum des archivistes qui s’est tenu à Troyes du 30 mars au 1er avril 2016. Décloisonner les frontières n’est pas toujours chose aisée, mais ce genre de rassemblement fait naître de nouvelles idées, des projets innovants : bref, c’est un fabuleux lieu pour se nourrir de l’expérience des autres sans passer pour un resquilleur. Pendant 3 jours, nous nous sommes rencontrés, nous avons échangé, nous avons ris, mangé ensemble (et bu aussi, pays du Champagne oblige, il fallait faire honneur au coin, pure politesse). Et ça s’est ressenti dans les présentations et échanges : il y a eu là aussi à boire et à manger …
Retour sur ce que j’ai découvert, ce qui m’a interloqué et aussi ce qui m’a profondément attristé (oui, rien que ça).

Extrait de l’ouverture du Forum

Lire la suite

A chaud – L’archiviste et #AAFTroyes16

Bonjour à tous !

J’ai eu la chance de croiser un grand nombre d’entre vous pendant les trois jours du Forum AAF à Troyes. Avant tout, je tiens à remercier une nouvelle fois très chaleureusement l’ensemble de l’équipe AAF pour l’organisation parfaite de cet événement ! J’ai déjà hâte 2019 !

Afficher l'image d'origine

En attendant, voici à chaud mes notes, enfin, mes différents livetweets ! N’hésitez pas à compléter en commentaire, à réagir, à vous insurger (si si, certaines choses m’ont … comment dire … bref, vous verrez), etc. : il faut faire vivre cette communauté archivistique avant de se retrouver en 2019 pour de nouveaux combats !

Suivez le guide !

L’archiviste VS la crue centennale

Je tiens par avance à m’excuser si ce billet semble particulièrement adressé à mes collègues d’Île de France, voire même de Paris intra-muros, mais l’on peut considérer que cette affaire s’exporte assez facilement dans toutes les localités traversées par un cour d’eau capricieux, quel qu’il soit.

Cette introduction posée, je vais maintenant pouvoir entrer dans le vif du sujet : la crue centennale de la Seine. Tout le monde en parle depuis quelques années, mais ces derniers jours, les réseaux sociaux s’enflamment littéralement ! On lit tout et n’importe quoi, des tracés les plus improbables aux sentences alarmistes qui ont un arrière-goût de théorie du complot (Monsanto est partout, qu’ils nous disent), bref, il y a à manger et à boire (la tasse). Une seule chose est certaine : ça va être la galère pour bon nombre d’archivistes !

Paris_1910_Inondation_avenue_Ledru-Rollin

Source : Bibliothèque nationale de France (via Wikimedia Commons)

Lire la suite

L’archiviste et les contenants

Ah, le fameux cliché-qui-n’en-est-pas-un-mais-un-peu-quand-même de l’archiviste qui se ruine le dos tout au long de sa carrière … Certains pensent que ce n’est plus vraiment applicable dans le cas de l’archivage électronique. Sauf qu’à rester le postérieur vissé sur une chaise toute la journée, l’archiviste se ruine quand-même les lombaires. Quoi qu’il en soit, dans mon cas, je suis confrontée à de l’archivage hybride, moitié papier, moitié numérique. Voici donc un petit aperçu des situations de manutentions d’archives pendant lesquelles je souffre, un peu physiquement mais surtout… moralement.

gaston-demenage

Dans un monde idéal, le carton d’archives n’est jamais trop lourd

Lire la suite