Le client est roi (#1)

Ah, les usagers … C’est bien pour eux que l’on travaille … L’usager peut être le producteur, ou pas. Il peut être généalogiste, ou chercheur, ou ingénieur, ou historien, que sais-je. Il n’est peut être même pas encore né. Ce qui est en revanche certain, c’est que peu importe qui il est et d’où il vient, il voudra toujours accéder à ce qu’il recherche immédiatement et en fournissant le moins d’effort possible … #onvabiensemarrer !

Déjà, ce terme, « usager » est, me semble-t-il, davantage utilisé dans la sphère publique que dans le monde privé, parce qu’il fait ressortir la notion de service. Mais dans mon environnement professionnel actuel, j’appelle l’usager « le client » (interne). Pourquoi le qualifier ainsi, alors qu’il n’y a pas de notion financière, me demanderez-vous ? Et bien tout simplement car LE CLIENT EST ROI.

Le client est roi

Le client est roi

Une population très diversifiée

Mes clients sont uniquement des collaborateurs de l’entreprise. L’accès à nos documents n’est pas ouvert aux chercheurs, quand bien même ils se passionneraient pour le cœur de métier de l’entreprise. Et ça se comprend : espionnage industriel, vol de données et compagnie sont terriblement fréquents ces derniers mois. Même si bon, soyons honnêtes, je n’ai eu en 3 ans qu’une seule demande de consultation par un doctorant [refusée, bien évidemment], nos archives n’intéressent personne …

C'est vraiment trop injuste

C’est vraiment trop injuste [© Calimero]

Personne, en dehors de ces fameux clients internes. Je les décompose en 3 groupes, comme dans une classe de collégiens : les élèves disciplinés qui savent exactement dans quel document trouver leur bonheur, comme un élève qui a bien rangé ses feuilles volantes dans son classeur à intercalaires, les cancres qui ne veulent rien ranger mais qui réclament toujours la copie des autres pour repiquer le cours qu’ils n’ont pas noté, et puis les oubliés, l’élèves moyen dont on oublie le prénom.

Les élèves disciplinés

Mes bons élèves sont les administratifs, type Ressources humaines, Comptabilité, Juridique, etc. Dans ma boite en tous cas, ils sont très ordonnés et archivent leurs dossiers sans trop de problèmes. Le côté sériel de la plupart des fonds facilite quand même la tâche, il faut pas non plus leur attribuer tous les mérites d’un archivage propret (non mais !). Il n’empêche qu’ils ont bien saisi l’importance de la description du contenu des boites pour les retrouver tranquille Emile.

infinite boxes

L’art de la mise en boite

Les cancres

En revanche, l’ingénieur est une race à part, quoi qu’en en discutant avec certains collègues archivistes l’on puisse l’apparenter à un chercheur. Lui, il n’archive que très peu, voire même pas du tout. Alors à savoir où il pose ses petits papiers (oui, ses papiers, parce que pour l’électronique, c’est mort, on est d’accord … entre les boites emails que l’on ne peut plus ouvrir, les dossiers sur le disque dur, voire sur le disque dur EXTERNE [l’un des pires ennemi de l’archiviste] … même si l’utilisation de plus en plus courante d’outil de GED offre un environnement sain à ces documents, tous n’ont pas vocation à y être versés. J’aurai l’occasion d’y revenir).

– Ce carton ? Bah si, c’est à Machin.
– Ah d’accord, il est dans quel bureau ?
– Machin ? Ah non mais il est parti depuis 3 mois.
– …

Et puis il faut lui répéter régulièrement, à cet ingénieur, que le droit d’auteur ne l’autorise pas à se barrer avec toute sa bibliothèque ! Vaste et douloureux programme de dépossession minutieuse. Le pire n’étant pas le départ à la retraite mais l’envol vers un nouvel horizon (bah oui, à y être, autant oublier d’archiver 2/3 trucs avant d’aller chez la concurrence …). Bref.

vouloir-disparaitre

Cet ingénieur qui tente de quitter la boite discretos

Les oubliés

L’oublié peut être très, très dur à cerner. Il est quasiment impossible de lui faire archiver quoi que ce soit, parce qu’il n’a rien à archiver, apparemment. Et même vous, vous doutez … ce n’est pas quelqu’un qui ne fait rien, non non. Mais il ne produit aucun document qui, à ses yeux, voir aux vôtres, n’a suffisamment de valeur pour être archivé. Ok, admettons.

Par contre, l’oublié va forcément venir vous demander des archives à consulter. Mais il ne sera jamais précis dans ce qu’il cherche, il y a peut-être un truc à trouver, mais il ne sait pas trop quoi, ni de quand ça date, ni … rien en fait, il ne sait rien … fuyez-le comme la peste. Et à y être, ça sera souvent des documents produits par d’autres oubliés, donc pas archivés. Le cercle infernal.

Afficher l'image d'origine

L’inaccessible document

Pourquoi sont-ils les rois ?

Vous le saurez dans un prochain billet … (BOOM – teasing de folie) !

Archivistiquement vôtre,

Déborah P.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s