L’archiviste et les contenants

Ah, le fameux cliché-qui-n’en-est-pas-un-mais-un-peu-quand-même de l’archiviste qui se ruine le dos tout au long de sa carrière … Certains pensent que ce n’est plus vraiment applicable dans le cas de l’archivage électronique. Sauf qu’à rester le postérieur vissé sur une chaise toute la journée, l’archiviste se ruine quand-même les lombaires. Quoi qu’il en soit, dans mon cas, je suis confrontée à de l’archivage hybride, moitié papier, moitié numérique. Voici donc un petit aperçu des situations de manutentions d’archives pendant lesquelles je souffre, un peu physiquement mais surtout… moralement.

gaston-demenage

Dans un monde idéal, le carton d’archives n’est jamais trop lourd

Lire la suite

Publicités

La transmission, partie de billard endiablée

Depuis 3 ans, j’ai la chance de pouvoir expliquer à de futur•e•s archivistes, étudiant•e•s en 3ème année de Licence ou en M2 combien le métier qu’ils/elles vont exercer est formidable et varié. Pour beaucoup, ce monde s’arrête aux portes des archives publiques (AN, AR, AD, AM et quelques services d’archives d’institutions ou d’entreprises publiques) … et pour ceux qui sortent d’un cursus Histoire, on va dire qu’on ne dépasse pas non plus le concept des registres paroissiaux ! J’ai souvenir de journées de cours magistraux intéressants mais terriblement longs et un peu assommants. Alors j’ai décidé de trouver des idées pour sortir des standards de cours pour dynamiser tout ça et faire passer les messages importants sans noyer les étudiants de blablablas. 5, 4, 3, 2, 1 …

billiards-282418_960_720

La transmission : partie de billard endiablée

Lire la suite

En passant

Sécurité informatique et CD-Rom

Un petit billet, en aparté, pour vous faire part d’un problème que je rencontre actuellement et que, je suppose, bon nombre d’entre vous connaissent.

secure

Quand la sécurité devient (vraiment) contraignante pour les métiers !

Les chartes d’utilisation des systèmes d’information ainsi que toutes les procédures diverses et variées qui régissent notre quotidien numérique précisent très souvent qu’il est formellement interdit de connecter des objets non sécurisés (sous-entendus non cryptés, chiffrés, hachés, etc.) à nos postes informatiques professionnels. Soit, la CIL en moi ne peut qu’approuver cette sage décision. Pourtant, l’archiviste et « manageuse de connaissances » que je suis hurle au complot …

En effet, n’ayant pas encore de système d’archivage (oui, je sais, on part de vraiment très loin …), il y a encore un grand nombre de documents stockés sur CD-Rom et que nous conservons aussi bien que nous le pouvons. Les documents inscrits sur ces supports nous sont assez régulièrement demandés, souvent même en urgence (« Tu aurais ça pour avant-hier ? »).

SAUF QUE, en technophile avertie et fatiguée de bosser sur une vieille bécane au temps de réaction aussi lent que celle d’un centenaire au volant, j’ai changé de poste informatique, passant d’une tour bruyante et encombrante à un petit PC portable léger comme une plume. SAUF QUE², évidemment, ce petit bijou n’a pas de lecteur de CD-Rom (bah non, sinon il serait bien plus lourd).

Je me trouve donc face à un problème : on refuse catégoriquement de me fournir un lecteur CD externe (malgré mes multiples demandes, d’ailleurs je pense que le service support de la DSI m’a totalement black-listée) ou même une tour de dépannage, et en même temps, j’en ai cruellement besoin pour exercer mon job …

music 80s dancing gaming swag

… et aussi pour écouter Britney Spears à fond les ballons dans l’open space, j’avoue TOUT.

Avez-vous le même problème dans vos organisations ? Comment avez-vous réussi à gérer cette problématique avec la DSI ?

Archivistiquement vôtre,

Déborah P.

L’archiviste peut-il se faire ubériser ?

« Ringardiser, faire disparaître, un concurrent dépassé par l’innovation technologique. »

Telle est l’une des deux définitions Wikipédia du tout récent (et pas encore admis par l’Académie française) verbe « ubériser« .

Je lisais il y a peu un article (damned, je ne parviens pas à remettre la main dessus, toutes mes excuses, mais il y en a des tonnes sur le net) sur l’ubérisation imminente de certaines professions et me suis posé la question suivante : l’archiviste peut-il se faire ubériser ? Oui, je sais, vous avez lu le titre, vous saviez à quoi vous attendre … maintenant, essayons de répondre à cette question !

question

Ubériser les archives ?

Lire la suite

Le client est roi (#1)

Ah, les usagers … C’est bien pour eux que l’on travaille … L’usager peut être le producteur, ou pas. Il peut être généalogiste, ou chercheur, ou ingénieur, ou historien, que sais-je. Il n’est peut être même pas encore né. Ce qui est en revanche certain, c’est que peu importe qui il est et d’où il vient, il voudra toujours accéder à ce qu’il recherche immédiatement et en fournissant le moins d’effort possible … #onvabiensemarrer !

Déjà, ce terme, « usager » est, me semble-t-il, davantage utilisé dans la sphère publique que dans le monde privé, parce qu’il fait ressortir la notion de service. Mais dans mon environnement professionnel actuel, j’appelle l’usager « le client » (interne). Pourquoi le qualifier ainsi, alors qu’il n’y a pas de notion financière, me demanderez-vous ? Et bien tout simplement car LE CLIENT EST ROI.

Le client est roi

Le client est roi

Lire la suite

L’archiviste VS #lesgens

Dans la vie, y’a des personnes qui exercent un métier qui attire la sympathie, la passion, l’étonnement, voire même l’hystérie collective. A la fatidique question : « Et sinon, tu fais quoi dans la vie », si vous répondez « Pompier », « Vétérinaire » ou encore « Pédiatre », « Journaliste », vous êtes à peu près certain•e d’être bien perçu•e par votre interlocuteur/trice. Quand on est archiviste, on a plutôt tendance à faire face à ce type de réaction …

tv confused get smart don adams

Archiviste ? Ok … euh … c’est quoi en fait ?

Lire la suite

En passant

Les premiers mots

Bienvenue !

Les tribulations d’une archiviste en Archivie est un tout nouveau blog qui tente d’ouvrir une voie paisible et sans préjugés sur le monde fascinant et complexe des archives.

Qu’on se le dise, ici, le ton sera léger mais sérieux. Il n’est pas question de tenir un Nième blog sur des points techniques du cycle de vie d’un document ou de sa conservation sur du long terme. NON. Il existe déjà de nombreux blogs d’excellente qualité qui traitent de ces sujets.

Je préfère m’atteler à présenter une vision plus transverse de l’archivistique, comme ses liens avec d’autres métiers, l’importance de la communication et de la médiation lorsque l’on est archiviste, etc.

Panneau "Archivie"

Bienvenue en Archivie !

En fin de compte, ce qui va primer ici, c’est le ressenti. Ma vision de ce métier, que j’exerce aujourd’hui dans une entreprise privée, face à celle des producteurs, des collègues, des personnes qui ne connaissent pas « le boulot ».

En vous souhaitant une agréable lecture, je vous transmets au passage mes meilleurs vœux pour 2016 !