L’archiviste VS l’urgence (#1)

Un petit billet d’avant-pont-de-l’Ascension pour vous parler d’un concept clef chez moi, qui rythme malheureusement (ou heureusement, du coup, je ne sais plus trop) mes journées de travail : l’urgence. L’urgence peut prendre différentes formes, être liée à tout un tas de causes, de contextes, être la source de conséquences, engendrer des coûts énormes ou au contraire permettre des économies folles. Aujourd’hui, je vais vous expliquer un peu à quels types d’urgences un•e archiviste du monde privé peut être confronté. Ami•e•s du secteur public, je vous invite à me présenter les vôtres en commentaires !

animation disney comedy cartoon retro

Le temps, le temps, qu’est-ce que le temps ?

Lire la suite

Publicités

Le client est roi (#2)

Dans un précédent billet [à lire ici : Le client est roi (#1)], je vous parlais de mes 3 catégories de public, mes « clients » comme je les appelle : le discipliné, le cancre et l’oublié. Quel que soit son profil, le client est donc le maître à bord, et en tant qu’archiviste vous vous devez d’être entièrement dédié à sa cause, laquelle est forcément beaucoup, mais alors beaucoup plus importante que la vôtre (vous n’êtes qu’archiviste, après tout, vous êtes là pour ça, non, répondre aux demandes les plus farfelues ?).

game of thrones applause clapping slow clap this pleases me

Contenter le roi : ma mission quotidienne

Lire la suite

Le client est roi (#1)

Ah, les usagers … C’est bien pour eux que l’on travaille … L’usager peut être le producteur, ou pas. Il peut être généalogiste, ou chercheur, ou ingénieur, ou historien, que sais-je. Il n’est peut être même pas encore né. Ce qui est en revanche certain, c’est que peu importe qui il est et d’où il vient, il voudra toujours accéder à ce qu’il recherche immédiatement et en fournissant le moins d’effort possible … #onvabiensemarrer !

Déjà, ce terme, « usager » est, me semble-t-il, davantage utilisé dans la sphère publique que dans le monde privé, parce qu’il fait ressortir la notion de service. Mais dans mon environnement professionnel actuel, j’appelle l’usager « le client » (interne). Pourquoi le qualifier ainsi, alors qu’il n’y a pas de notion financière, me demanderez-vous ? Et bien tout simplement car LE CLIENT EST ROI.

Le client est roi

Le client est roi

Lire la suite