En passant

Les MOOCs et moi

Ah, les MOOCs ! Que celui ou celle qui ne sait pas ce que c’est me jette la première pierre ! Pour une acharnée de l’apprentissage comme moi, je peux vous dire que l’apparition de ces formations en ligne a été une bénédiction … mais aussi le début d’une descente aux Enfers (non, j’exagère un peu … mais quand-même).

Les MOOCs et la connaissance

J’ai toujours adoré apprendre. Petite, je ne rechignais jamais à aller à l’école, même adolescente ou étudiante, même quand les cours ne me passionnaient pas. Parce qu’au fond de moi, j’ai toujours eu ce « je-ne-sais-quoi » qui me donnait envie d’en savoir plus, d’aller plus loin. C’est un peu le même problème avec les livres : je suis incapable de ne pas terminer un livre, qu’il soit extrêmement ennuyeux ou qu’il ne me reste que 6h pour engloutir 539 pages parce que je dois rendre le bouquin à la bibliothèque. Et ça se traduit aussi par mon inscription aux cours du soir du Musée du Louvre ou encore mon fort intérêt pour les documentaires. Bref, j’ai salué l’arrivée des MOOCs par un « HOURRA » !

giphy-1

Une inépuisable soif de connaissance 😀

J’ai commencé à en dévorer pour m’instruire, pour approfondir, pour survoler, pour m’améliorer : Comprendre le transmedia storytelling, Spice up Your English, Fantasy : de l’Angleterre victorienne au Trône de Fer, etc. Une formidable opportunité de suivre des cours dispensés la plupart du temps par des gens passionnés, d’apprendre de façon ludique.

D’autres cours plus professionnels m’ont également attirée : MOOCs CR2PA sur l’archivage managérial ou l’archivage des emails, celui du CNAM sur la gestion des documents numériques ou encore une introduction à l’Informatique & Libertés.

Les MOOCs et le temps !

Mais tout ceci est très, très chronophage, surtout lorsque l’on veut bien faire ! Si je m’écoutais, je suivrais actuellement 28 MOOCs sur des sujets aussi variés que Fondamentaux pour le Big Data, Web sémantique et web de donnée ou Les chansons des troubadours. Sauf que … et bien sauf que je n’ai pas que ça à faire ! Entre mes journées de boulot bien chargées et mes multiples activités artistiques à côté, je n’ai plus beaucoup de temps à consacrer à des sessions d’apprentissage et d’exercices à rendre (pour certains MOOCs, les notes sont attribuées par le pairs). Et pourtant j’en meurs d’envie, mais c’est tout bonnement impossible. Comptant en moyenne une demande de disponibilité de 3h/semaine, avec parfois des exercices à faire entre chaque cours (auxquels on consacre plus ou moins de temps selon l’envie d’investissement), la consultation des liens proposés en illustration ou « pour aller plus loin » et les échanges sur le forum voire les live pour discuter avec les enseignants … on arrive pratiquement à du 6h/semaine !

giphy (4).gif

S’inscrire ou ne pas s’inscrire à un MOOC …

Alors je parcours la liste des cours disponibles sur la plateforme FUN (oui, rien que celle-là, sinon je serais encore plus frustrée !!) en me disant que quand je serai en vacances, que j’aurai un moment à tuer (genre 6h/semaines pendant 2 mois …) je me réinscrirai à une session ! Un peu comme quand tu n’as que 6€ sur toi et que tu as le malheur de pousser la porte d’une librairie (personnellement, c’est atroce, j’ai les mains moites et des pulsions d’achat, c’est infernal).

Que me reste-t-il de tout cela ?

Finalement, qu’ai-je retenu de ces cours ? Suis-je en mesure de faire un compte rendu de chacun d’eux ? Pour certains, la réponse est évidemment un grand OUI, puisqu’ils font partie de mon métier, qu’ils structurent mes journées et qu’au fond, je savais déjà une très grande partie de ce que j’y ai entendu. C’est le cas du MOOC du CR2PA, celui du CNAM ou encore sur celui traitant de la loi Informatique & Libertés.

giphy-2

Quant aux autres … et bien finalement il ne me reste pas grand chose ! Comme tout cours qui se respecte, je l’ai appris un peu « pour avoir la certification » (qui honnêtement n’a pas grande valeur) mais avec le recul, je n’ai plus beaucoup d’éléments en mémoire ! J’ai cependant un goût de satisfaction, de travail accompli et je me sens un peu plus cultivée. Allez savoir pourquoi …

En passant

Sécurité informatique et CD-Rom

Un petit billet, en aparté, pour vous faire part d’un problème que je rencontre actuellement et que, je suppose, bon nombre d’entre vous connaissent.

secure

Quand la sécurité devient (vraiment) contraignante pour les métiers !

Les chartes d’utilisation des systèmes d’information ainsi que toutes les procédures diverses et variées qui régissent notre quotidien numérique précisent très souvent qu’il est formellement interdit de connecter des objets non sécurisés (sous-entendus non cryptés, chiffrés, hachés, etc.) à nos postes informatiques professionnels. Soit, la CIL en moi ne peut qu’approuver cette sage décision. Pourtant, l’archiviste et « manageuse de connaissances » que je suis hurle au complot …

En effet, n’ayant pas encore de système d’archivage (oui, je sais, on part de vraiment très loin …), il y a encore un grand nombre de documents stockés sur CD-Rom et que nous conservons aussi bien que nous le pouvons. Les documents inscrits sur ces supports nous sont assez régulièrement demandés, souvent même en urgence (« Tu aurais ça pour avant-hier ? »).

SAUF QUE, en technophile avertie et fatiguée de bosser sur une vieille bécane au temps de réaction aussi lent que celle d’un centenaire au volant, j’ai changé de poste informatique, passant d’une tour bruyante et encombrante à un petit PC portable léger comme une plume. SAUF QUE², évidemment, ce petit bijou n’a pas de lecteur de CD-Rom (bah non, sinon il serait bien plus lourd).

Je me trouve donc face à un problème : on refuse catégoriquement de me fournir un lecteur CD externe (malgré mes multiples demandes, d’ailleurs je pense que le service support de la DSI m’a totalement black-listée) ou même une tour de dépannage, et en même temps, j’en ai cruellement besoin pour exercer mon job …

music 80s dancing gaming swag

… et aussi pour écouter Britney Spears à fond les ballons dans l’open space, j’avoue TOUT.

Avez-vous le même problème dans vos organisations ? Comment avez-vous réussi à gérer cette problématique avec la DSI ?

Archivistiquement vôtre,

Déborah P.

En passant

Les premiers mots

Bienvenue !

Les tribulations d’une archiviste en Archivie est un tout nouveau blog qui tente d’ouvrir une voie paisible et sans préjugés sur le monde fascinant et complexe des archives.

Qu’on se le dise, ici, le ton sera léger mais sérieux. Il n’est pas question de tenir un Nième blog sur des points techniques du cycle de vie d’un document ou de sa conservation sur du long terme. NON. Il existe déjà de nombreux blogs d’excellente qualité qui traitent de ces sujets.

Je préfère m’atteler à présenter une vision plus transverse de l’archivistique, comme ses liens avec d’autres métiers, l’importance de la communication et de la médiation lorsque l’on est archiviste, etc.

Panneau "Archivie"

Bienvenue en Archivie !

En fin de compte, ce qui va primer ici, c’est le ressenti. Ma vision de ce métier, que j’exerce aujourd’hui dans une entreprise privée, face à celle des producteurs, des collègues, des personnes qui ne connaissent pas « le boulot ».

En vous souhaitant une agréable lecture, je vous transmets au passage mes meilleurs vœux pour 2016 !